Turismo en Murillo de Gállego Ayuntamiento de Murillo de Gállego Portada

Murillo, un village vivant et plein d'histoire

Murillo de Gállego est ancien, très ancien. Lorsque vous vous promènerez dans son labyrinthe de rues, observez les détails des façades des maisons, parcourez les chemins scabreux qui donnent forme aux rues, et ceci, pour expérimenter graduellement l’étrange magie du village. Dès le XIe siècle, les Hommes ont trouvé dans cet emplacement un lieu où cohabiter avec la nature, comme le témoignent les vestiges laissés au cours du temps. Lors de votre visite à Murillo, vous devez absolument visiter…

Patrimoine Ethnologique

etnologico

Murillo de Gállego garde la magie du fil du temps. En effet, les premières colonies du village se trouvent au sommet de celui-ci, comme on peut constater grâce aux restes de la nécropole. Pendant la période 1104-112, ce fut un royaume indépendant. La reine Berte, deuxième épouse de Pierre Ier d’Aragon fut souveraine du Royaume des Mallos. Le Roi d’Aragon lui concéda en dot la propriété de Murillo, Riglos, Agüero et Marcuello. Bien que de rares vestiges du château subsistent de nos jours, la zone où soi-disant il se trouvait, existe toujours, zone connue actuellement sous le nom de A Torre. De cet endroit, on peut diviser l’ensemble de la Galliguera et récemment, un Parc Géologique y a été créé.

Le village renferme un centre-ville charmant, formé d’un tracé irrégulier de rues parfaitement adaptées à la morphologie du terrain. Ses logements sont principalement en pierre et ses murs de pisés répondent à la typologie de la zone. Lorsque vous vous baladerez dans ses rues, faites spécialement attention aux symboles et aux marques des différentes époques de l’histoire parcourue. Vous y trouverez des linteaux aux inscriptions en Celtibère ainsi que des “religadas”. Une “religada” est un mot d’origine aragonaise qui fait référence aux symboles protecteurs qui se trouvent sur les portes, façades ou amulettes tout au long des Pyrénées.

Dans la rue de la Morería, maintenant nommée Morera, vous trouverez de curieuses marques sur les façades, marques indiquant la conversion forcée au christianisme que les Maures du XVIe et XVIIe siècles ont subi dans la zone. Rappelons qu’à cette époque-là, 20% de la population aragonaise était d’origine musulmane.

Patrimoine Religieux

religioso

Dans la partie la plus élevée du village, l’église paroissiale de La Vierge de La Liena, conserve à peine, de sa construction d’origine, une fenêtre géminée à deux arcs sur l’un de ses murs, datée du XIe siècle. À côté de l’église, les tombes anthropomorphes, creusées dans la roche, se trouvent en très bon état de conservation. Pour plus d’information, vous pouvez consulter (www.romanicoaragones.com)

Dominant le panoramique général de Murillo, se trouve l’église de San Salvador. Cataloguée Bien d’Intérêt Culturel, elle représente l’une des icônes de l’art roman aragonais, qui a prédominé dans la zone aux XIe et XIIe siècles. À souligner, la crypte du Saint Christ, composée de trois nefs. L’importance de cette crypte se doit au fait qu’il n’y en a que huit cataloguées dans toute la péninsule. Si vous voulez en savoir davantage, consultez (www.romanicoaragones.com)

Très près, dans le district de Concilio, appartenant également à la commune de Murillo de Gállego, nous trouvons une autre église de style roman, La Vierge de Concilio, considérée elle aussi Bien d’Intérêt Culturel et Monument National.

Ermitages en montagne

ermitas

Au-delà des centres urbains, nous pouvons visiter différents ermitages situés dans les montagnes de Murillo. Les ermitages de San Ginés et San Juan de Barto.

Tous les ans, début septembre, une messe célèbre la San Ginies.

Et n’oublions pas, pendant San Juan de Barto, la romería du 22 juin.

Districts

patrimonio

Concilio, petit village de Murillo de Gállego, se trouve à 4 Km à peine de Murillo, face aux Mallos de Riglos et près de la forêt de chênes centenaires. Son centre urbain s’est conservé pratiquement intact au-delà de ses huit siècles d’existence. Son église paroissiale Vierge de Concilio est d’origine romane, déclarée Monument National en 1931.

Tout près de l’église, se trouve une grange, “Pajar de Chorra”, conservant dans ses murs un arc mozarabe, le seul vestige d’un important monastère wisigothique qui, mystérieusement, a pris feu en 1215, également déclaré Monument National.

patrimonio

Moran, autre zone urbaine appartenant aussi au bourg de Murillo de Gállego, se trouve au bord de la rivière, à 2,5 Km à peine de Santa Eulalia. C’est depuis l’année 1700 que nous savons que l’une des deux premières maisons s’installa dans la partie haute du village tandis que l’autre dans la partie basse, d’où leurs noms, «Maison Haute» et «Maison Basse», toujours au même endroit, témoignage de leur tradition vinicole.

Ce petit village conserve l’aspect esthétique d’autrefois, entouré de montagnes, ravins... Ses terres agricoles se trouvent sur des terrains accidentés divisés en bandes (ceintures), étayées par des murs en pierre (marges), créant des terrasses qui fixent le terrain et sur lesquelles, de spectaculaires oliveraies centenaires, millénaires même, ainsi que des amandiers et des vignes, sont un délice visuel pour les visiteurs.

La fontaine de Moran mérite toute notre attention, elle se trouve au bord du ravin du village dans un endroit touffu entouré de pins.

″Romerías″, fêtes et traditions populaires

fiestas

Comme vous pourrez constater, Murillo de Gállego est en endroit de traditions, un endroit vivant.

Nos fêtes patronales qui célèbrent la San Bartolomé culminent le 24 août, avec les cloches, sonnant à toute volée et une étrange saynète (théâtre traditionnel) où les anecdotes de l’année éclatent au grand jour. Des comptines dans les rues, du théâtre, de la musique, des ateliers, ainsi que le traditionnel concours de Caldereta, qui avec plus de 30 éditions, réunit tous les ans, inlassablement, l’ensemble des habitants sur la place du village pour dîner.

Les fêtes typiques d'hiver sont:
Feux de joie de San Sebastián 19 janvier, fête populaire et feu de joie dans la place.
Notre Dame de la Candelaria, feu de joie populaire le 2 février.
Fête de la Saint-Sylvestre. Chaque années, les voisins se réunissent à 12h00 dans la place pour ″tomar las uvas″ et recevoir le nouvel an.

En hiver, à ne pas manquer les feux de joie pour célébrer Notre Dame de la Candelaria et San Sebastián, et surtout, la fête des enfants et, la nuit des âmes, où les petits préparent leur citrouille et se promènent la nuit tombée: astuces, bonbons et quelques sursauts garantis!